• Treize à la douzaine " Le condor"

     

    Défi Treize à la douzaine

    Les mots : Pureté, rouge, série, sortie, touche, verser

    Carreau, flânerie, rivage, ubéreux, velours, peuplier.

     

    Le condor

    A patte de velours, je sors

    Découvrir le condor, il flâne

    Au-dessus des peupliers

    Pour atterrir sur le rivage.

     

    Voici les carreaux du destin

    Pureté dans le ciel rouge

    Il est sur le banc de touche

    Comme un animal traqué.

     

    Seul sur le sable des doutes

    Sont versés toute une série

    Une manne ubéreuse

    De pourquoi et pour qui...

     

    Le condor n'est pas blessé

    Et il n'aura pas sa proie .

     

    Arlette

     


    5 commentaires
  • Treize à la douzaine

    Les mots : c'est ici

    Treize à la douzaine  "La laverie de la résidence"

     

    La laverie de la résidence

     

    En entrant dans la laverie, près de chez moi. Il y avait une notification sur le mur. "Il est interdit d'avoir un coup de barre ici". En effet un vieux monsieur était assoupi sur sa chaise. Forcément ça prête à sourire. Je pensais que ça ne m'arriverait pas. Je mets mon linge dans la machine avec du savon de Marseille, les autres lessives m'irritent la peau, trop de détergents nocives pour la santé dans les produits.

    Je m'assois un moment, tout en admirant l'hibiscus près du sèche-linge. "Le pauvre il doit avoir chaud". Je regarde l'heure 30 minutes que je dois attendre. Je décide d'aller à la boulangerie pour acheter quelques chouquettes avec de bons morceaux de sucre...hum !

    L'attente sera moins longue. Une fois gavée, je me cale bien sûr la chaise en essayant de ne pas dormir. La laverie est immense que les enfants peuvent jouer aux dominos sans déranger les autres personnes. Il règne une atmosphère paisible. J'ai souvent fait la navette dans différents endroits pour trouver la meilleure et elle se trouve près de chez moi.

    Celle où j'habite  une petite résidence ne fait aucune ambiguïté tout le monde s'entend bien les uns et les autres pour plier le linge. Je ne suis pas fière, car je me suis assoupie un moment, quand un petit me tapa sur le genou "Madame, Madame votre machine est finie" Avec un sourire je le remerciais.

    Dès ce jour cet endroit a été uniformisé de façon permanente par tous ceux qui le respectaient.

     

    Arlette


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique